lien up
lien accueil

Réseau des Nouvelles des Marchés

Bilans de campagne

lien accueil

En cours

requête en cours


RNM
home > Bilans de campagne derniers bilans Fruits > Légumes Fleurs Viandes Archives

Bilans de campagne légumes

Dernier bilan de campagneHistorique
les 4 pages ail

L'ail en 2019-2020

Auteur : RNM - Centre de Toulouse

Une campagne de commercialisation en demi-teinte

Grâce à une météo favorable tout au long du parcours cultural et un début d’été sec assurant un séchage optimum, les rendements s’annoncent excellents. Les aulx blanc et violet présentent des calibres corrects. La couleur est moins prononcée pour l’ail violet par rapport à l’année précédente. Les premières transactions fin juillet ne donnent pas entière satisfaction et le commerce est sans enthousiasme. La rentrée scolaire et les traditionnelles foires à l’ail ne redynamisent pas le marché. La campagne s’annonce longue d’autant que quelques soucis de qualité sanitaire apparaissent au début de l’automne. Ainsi les cours de l’ail violet et du rose basculent en deçà de la moyenne quinquennale. Le commerce de l’ail blanc sans être euphorique est plutôt stable et sur des niveaux corrects tout au long de la campagne. L’ail espagnol est toujours aussi présent et concurrentiel. Les aulx français de qualité, notamment sous signe officiel de la qualité et de l’origine, restent plébiscités.

les 4 pages ail_detail

L'ail au stade détail en 2019

Résultats de l'enquête spécifique effectuée en semaine 41 du 7 au 11 octobre 2019

Chaque semaine, le Réseau des Nouvelles des Marchés réalise une enquête au stade détail dans un panel de 150 GMS et de 30 magasins HD représentatifs de la grande distribution française. L’ail figure parmi les produits enquêtés. En 2019, des informations spécifiques complémentaires ont été collectées dans ce panel(1) en semaine 41, du 7 au 11 octobre. Lors de cette enquête exhaustive, les prix de toutes les références(2) présentes sur les étalages sont relevés en fonction du mode de culture, de la couleur, de l’origine, du calibre et de l’emballage : au total 756 relevés ont été effectués en magasins (694 en GMS et 62 en HD).

les 4 pages artichaut

L'artichaut en 2017

Auteur : RNM - Centre de St Pol de Léon

Une campagne contrastée

Avec une production très importante dès le début de la campagne et un produit qui peine à s’imposer dans les comportements alimentaires nationaux, la saison de l’artichaut démarre difficilement. Il faut attendre le milieu de l’été et une offre restreinte en quantité pour redonner de l’attrait et valoriser le charnu breton. Une météorologie pluvieuse, associée à une absence de consommation, précipite la fin de campagne.

les 4 pages asperge

L'asperge en 2019

Auteur : RNM - Centre de Bordeaux

Une campagne précoce avec un manque de volumes années de hausse

Les conditions météorologiques favorables de ce début d’année stimulent la pousse de l’asperge et engendrent un lancement précoce de la campagne 2019 sur l’ensemble des bassins de production. La saison se caractérise par des variations climatiques qui empêchent un pic de volumes dans le Sud, provoquent un démarrage en douceur dans les régions du Nord et engendrent une baisse globale des rendements au niveau national. A l’approche des fêtes pascales, le produit est recherché. L’offre est inférieure à la demande et génère une pression des prix. Fin mai, le produit est difficile à vendre avec la concurrence des produits d’été en GMS sur les étals. La saison se termine également plus précocement.

les 4 pages asperge_detail

L'asperge au stade détail en 2019

Auteur : RNM - Centre de Bordeaux

Résultats de l'enquête spécifique effectuée en semaine 16 du 15 au 19 avril 2019

Chaque semaine, le Réseau des Le référencement Nouvelles des Marchés réalise une enquête au stade détail dans un panel de 150 GMS(1) et de 30 magasins HD(2) représentatifs de la grande distribution française. L’asperge figure parmi les produits enquêtés. En 2019, des informations spécifiques complémentaires ont été collectées dans ce panel* en semaine 16, du 15 au 19 avril. Des enquêtes du même type avaient déjà été réalisées les années passées, la précédente en 2017. Les prix de toutes les références(3) présentes sur les étalages sont relevés en fonction du mode de culture, de la variété, de l’origine, du calibre et du conditionnement : au total 530 relevés ont été effectués en magasins (490 en GMS et 40 en HD).

les 4 pages bio_fruits_legumes

Les fruits et légumes biologiques au stade détail en 2016

Auteur : RNM - Centres de Nantes et Bordeaux

En 2016, le Réseau des Nouvelles du Marché a réalisé une enquête sur les fruits et légumes biologiques au stade détail dans un panel de 142 GMS(1) (de plus de 1 000 m²) et 30 magasins hard-discount représentatifs de la grande distribution française. Ces relevés spécifiques ont eu lieu en semaine 24, du 13 au 17 juin. Au total 2 735 relevés ont été effectués en magasins (2 581 en GMS et 154 en discount). Les relevés ont été déclinés selon le produit, l’origine, l’emballage, permettant de distinguer 332 références(2) différentes.

les 4 pages carotte_conservation

La carotte de conservation en 2018-2019

Auteur : RNM - Centre d'Agen

Une production limitée bien valorisée

La campagne de carottes de saison et de conservation 2019 s’inscrit dans les extrêmes avec d’une part des niveaux de prix jamais atteints (environ 50 % supérieurs à ceux de la saison passée pour les prix au stade expédition) et d’autre part une production limitée (moins 20 % par rapport à la moyenne quinquennale*). En effet, si la mise en marché se déroule de manière quasi optimale, la récolte subit, quant à elle, les effets d’une longue sécheresse d’arrière-saison et voit ses rendements également pénalisés par des problèmes de salissement liés au retrait du linuron (herbicide de pré-ou postlevée). Par ailleurs, les surfaces emblavées connaissent une baisse tant sur le bassin de la Manche que dans le Sud-Ouest.

les 4 pages carotte_primeur

La carotte primeur en 2019

Auteur : RNM - Centre d'Agen

Un marché export plus actif que les deux années passées et des prix satisfaisants

Après une année 2018 avec des cours historiquement hauts, 2019 marque un recul des prix de 16 % mais ils restent toutefois supérieurs de 34 % à la moyenne quinquennale. La campagne primeur démarre dans un contexte de marché export porteur par rapport aux deux dernières saisons et très actif notamment en semaines 23 et 24. Les volumes commercialisés reviennent à un bon niveau, supérieurs de 31 % à ceux de l’an passé et de 16 % à la moyenne quinquennale. Sur le territoire national, la demande est par contre plus timorée avec des prix qui glissent peu à peu en juillet, comme souvent à cette période peu favorable à la consommation. Côté parcelles, les conditions climatiques de l’hiver et du printemps permettent d’obtenir des rendements satisfaisants. Par la suite, l’épisode caniculaire ralentit la croissance végétative et impacte les semis de carottes de saison.

les 4 pages chou-fleur

Le chou-fleur en 2016-2017

Auteur : RNM - Centre de Saint-Pol-de-Léon

Une campagne contrastée

Malgré une première moitié de campagne avec une productivité faible, les quantités récoltées sur la saison 2016-2017 sont supérieures à celles de la précédente. Conséquence du déficit hydrique et des températures particulièrement fraîches sur la première partie de la campagne de production, les volumes de chou-fleur sont exceptionnellement restreints et maintiennent les ventes à un niveau de prix élevé. Il faut attendre le mois de février et l’arrivée de conditions climatiques plus normales pour engager l’effacement des retards de production, puis provoquer une offre excédentaire aux capacités de consommation, générant un effondrement des cours.

les 4 pages concombre

Le concombre en 2019

Auteur : RNM - Centre d'Angers

Une campagne atypique avec une météo estivale à épisodes caniculaires, favorables aux ventes mais néfastes pour les plantes

La surface nationale (584 ha) est en hausse de 1 % sur un an et de 3 % par rapport à la moyenne 2014-2018. La production atteint 131 394 tonnes, soit une augmentation de 2 % sur un an et de 3 % par rapport à la moyenne 2014-2018 (source SSP Agreste). La campagne débute rapidement grâce à la météo. Les transactions sont fluides et les promotions se mettent vite en place. L’offre se développant, des ajustements de prix s’imposent. En été, les périodes très ensoleillées et caniculaires sont favorables aux ventes, mais néfastes aux plantes.

les 4 pages courgette

La courgette en 2019

Auteur : RNM - Centre d'Avignon

Un marché à l’équilibre, soutenu par le manque d’offre

La production de courgettes est inférieure à la campagne 2018, avec des cultures qui sont malmenées par une météo particulièrement fraîche en mai, et plusieurs épisodes de canicule au cours de l’été. Les cours se maintiennent au-dessus de ceux de la saison précédente, à l’exception des mois de mai et août plus difficiles pour certains bassins.

les 4 pages echalote

L'échalote traditionnelle en 2017-2018

Auteur : RNM - Centre de Saint-Pol-de-Léon

Un bon cru en qualité et en rendement, mais mal récompensé !

Les circonstances très favorables et les prix rémunérateurs de la précédente campagne ont incité les producteurs à augmenter leurs surfaces de production. En 2017-2018, les conditions climatiques permettent de très bons rendements et une qualité d’échalote d’un bon cru. Tout est réuni pour une saison réussie, mais l’augmentation des surfaces perturbe finalement l’équilibre entre l’offre et la demande.

les 4 pages endive

L'endive en 2018-2019

Auteur : RNM - Centre de Lille

Une production irrégulière mais valorisée

La campagne 2018-2019 est rythmée par une gestion tendue de l’offre, face à une demande irrégulière. Le début est marqué par une forte disparité des calibres des racines, en fonction de l’irrigation des parcelles. Si cette saison a vu ses volumes se stabiliser, globalement la fréquence et les volumes d’achat baissent. Pour autant, les prix en GMS restent élevés durant toute la campagne par rapport aux années précédentes, avec une moyenne de plus de 3 €/kg pour le vrac et près de 2,50 €/kg pour le sachet.

les 4 pages melon

Le melon en 2019

Auteur : RNM - Centre d'Angers

Petite production et prix peu élevés

La saison débute tardivement en raison des conditions météorologiques pluvieuses du printemps. Ces dernières sont à l’origine de faibles rendements. Les récoltes sont difficiles à estimer, la campagne est imprévisible. Les calibres ne se situent pas dans le coeur de gamme, ce qui handicape une bonne valorisation même en période de pénurie. Les cours sont maintenus dans une fourchette étroite durant toute la saison. Le bilan pour l’amont de la filière est décevant compte tenu de la faible production.

les 4 pages oignon

L'oignon en 2019-2020

Auteur : RNM - Centre d'Angers

En fin de campagne, l’épidémie mondiale de « coronavirus » dynamise le commerce

En début de saison, la récolte est standard dans toute l’Europe et est effectuée dans de mauvaises conditions météorologiques car des champs sont inondés chez plusieurs producteurs. Il en résulte un déficit de qualité pour des lots. La campagne 2019-2020 est marquée par une épidémie en mars qui affole la population. Le consommateur se rue dans les magasins. Les prix remontent, la demande est très active. Les acteurs de la filière sont obligés de refuser des commandes. L’évolution des cours est faible et sans à-coup tout au long de la saison. A noter que le commerce français reste le moins favorable au niveau des prix de vente par rapport aux autres marchés européens.

les 4 pages oignon_detail

L'oignon sec au stade détail en 2020

Auteurs : RNM - Centres d'Angers-Tours et de Bordeaux

ENQUÊTE SEMAINE 5

Chaque semaine, le Réseau des Nouvelles des Marchés réalise une enquête au stade détail dans un panel de 150 GMS et de 30 magasins HD représentatifs de la grande distribution française. L’oignon sec figure parmi les produits enquêtés. En 2020, des informations spécifiques complémentaires ont été collectées dans ce panel en semaine 5, du 27 au 31/01/2020. Lors de cette enquête exhaustive, les prix de toutes les références présentes sur les étalages ont été relevés en fonction du mode de culture, de la variété, de l’origine, du calibre et de l’emballage : au total 1 387 relevés ont été effectués en magasins (1 274 en GMS et 113 en HD).

les 4 pages poireau

Le poireau en 2018-2019

Auteur : RNM - Centre de Brest

Une campagne mitigée mais assez favorable par la fermeté des cours

La campagne primeur est satisfaisante avec un bon écoulement du disponible proposé cet été. La production qui prend le relais se révèle également correcte même si la sécheresse de l’été entraîne quelques problèmes d’homogénéité en termes de calibre. Le commerce est plus laborieux en hiver avec les mouvements sociaux qui ralentissent la consommation des légumes d’automne. La saison se veut tout de même régulière sans connaître de réelle période de froid pour dynamiser le commerce. En outre, le marché est lourd dès la mi-janvier, puis les vacances scolaires au niveau national en février engendrent un tassement des prix. La fin de campagne se montre plus favorable pour les bassins encore concernés avec une demande moins réservée et des cours qui reviennent à de bons niveaux.

les 4 pages pomme-de-terre_conservation

La pomme de terre de conservation en 2018-2019

Auteur : RNM - Centre de Lille

Un marché très tendu face à des rendements déficitaires

Les conditions météorologiques de 2018 marquées par un manque de précipitations ont sévèrement impacté la production. Malgré l’augmentation des surfaces emblavées, l’offre destinée à l’industrie est déficitaire. Le marché étant largement contractualisé, les producteurs font état de leur inquiétude sur une éventuelle incapacité à honorer leurs contrats, d’autant que les prix de rachat de pommes de terre sur le marché libre s’envolent dès le début de la campagne 2018- 2019. La pomme de terre de consommation française destinée au marché du frais, majoritairement irriguée, paraît moins impactée que sur le reste du continent européen. Cette situation exerce une forte pression sur les prix, comparativement à la dernière campagne, d’autant que les usines recherchent toutes les variétés pour couvrir leurs besoins, y compris celles destinées au marché du frais.

les 4 pages salade_detail

Les salades au stade de détail en 2016

Auteur : RNM - Centres d'Avignon et de Bordeaux

Résultats de l'enquête détail réalisée en semaine 5

En 2016, le Réseau des Nouvelles du Marché a réalisé, pour la première fois, une enquête sur les salades au stade détail dans un panel de 146 GMS(1) (de plus de 1 000 m²) et 28 magasins hard-discount représentatifs de la grande distribution française. Ces relevés spécifiques ont eu lieu en semaine 5, du 1erau 5 février. Toutes les références(2) de salades ont été déclinées selon le mode de culture, la variété, l’origine, le conditionnement : au total 2 022 relevés ont été effectués en magasins (1854 en GMS et 168 en discount).

les 4 pages salade_hiver

Les salades d'hiver en 2018-2019

Auteur : RNM - Centres d'Avignon et de Nantes

Des cours élevés jusqu’à fin mars sur le marché français

La campagne de salade d’hiver 2018-2019 est inédite en termes d’offre et de prix. L’offre est déficitaire sur le marché français de novembre à fin février et excédentaire à partir de fin mars. Le marché à l’export est quant à lui porteur tout au long de la saison. Les cours moyens de la campagne sont dans leur ensemble nettement supérieurs aux moyennes quinquennales.

les 4 pages salade_laitue_ete

Les laitues d'été en 2019

Auteur : RNM - Centre de Angers-Tours

Après un début de campagne concurrencé, les conditions climatiques atypiques perturbent la production

La campagne démarre avec une certaine précocité sur un marché encore chargé en salades d’hiver. Avec des conditions climatiques plutôt automnales jusqu’à la mi-mai, l’offre printanière peine à atteindre sa plénitude. L’entrée tardive des productions franciliennes contribue à cette tendance. Fin mai, la progression de l’offre dans l’Hexagone ainsi qu’une concurrence plus marquée des multiples ceintures vertes et des jardins familiaux compliquent les échanges. L’arrivée de l’été, accompagnée d’une période caniculaire et d’un déficit hydrique marqué, réduit sensiblement la production sans vraiment améliorer le marché. A l’automne, la baisse des disponibilités sur l’ensemble du territoire dynamise les ventes. L’arrivée tardive des productions méditerranéennes vient renforcer cet élan commercial.

les 4 pages salade_mache

La mâche en 2017-2018

Auteur : RNM - Centre de Nantes

Une campagne laborieuse

Les disponibilités en début de saison couvrent trop facilement la demande. Un rééquilibrage s’opère en décembre et la période des fêtes de fin d’année se déroule dans une ambiance plus sereine. Les volumes produits et mis en marché sont irréguliers dans la deuxième partie de la campagne d’hiver. Après un début d’année largement pourvu, les apports déclinent vers la mi-février et sont en phase avec le marché jusqu’au basculement sur la saison d’été. Au-delà des aléas inhérents au déroulement de toute campagne, la forte contractualisation du marché apporte un socle de stabilité.

les 4 pages tomate

La tomate en 2019

Auteur : RNM - Centre d'Avignon

Une offre et une consommation bousculées par la météo

Cette campagne, plus favorable que la précédente, connaît ses principales difficultés à partir du mois de mai : pour l’ensemble des variétés de tomate, la consommation n’est pas au rendez-vous pendant ce mois particulièrement froid. La canicule à partir de fin juin provoque des dégâts importants sur les cultures et ampute fortement les rendements au cours de l’été. Par ailleurs, 2019 voit l’apparition d’une crise de croissance du marché des variétés dites « typées » (anciennes). Le développement important des surfaces plantées nuit désormais à l’attractivité des prix qui caractérise cette gamme.

les 4 pages tomate_detail

La tomate au stade détail en 2018

Auteur : RNM - Centres d'Avignon et de Bordeaux

ENQUÊTE SEMAINES 23&24

En juin 2018, la tomate ronde grappe, coeur de marché de l’origine France, subit une crise conjoncturelle d’une durée exceptionnelle, en raison d’une offre nettement supérieure à la demande. La présente enquête, réalisée à la période où la production française est la plus importante et la plus diversifiée, met en évidence une segmentation de plus en plus riche pour le consommateur en recherche de goût et d’authenticité. Lors de cette enquête exhaustive, les prix de toutes les références présentes sur les étalages sont relevés en fonction du mode de culture, de la variété, de l’origine, du calibre et du conditionnement : au total 2 835 relevés ont été effectués en magasins (2 606 en GMS et 229 en HD).

les 4 pages truffe

La truffe tuber melanosporum en 2019-2020

Auteur : RNM - Centre d'Avignon

Des prix juste moyens qui ne compensent pas une offre historiquement basse

Cette campagne 2019-2020 est défavorable à l’ensemble des zones de production. Pour le Sud-Est, elle s’inscrit de nouveau dans une tendance de baisse des volumes depuis 2015. C’est la deuxième plus mauvaise année depuis dix ans, avec des prix qui, sous la pression espagnole, n’atteignent pas les niveaux espérés en situation de déficit de production et cela malgré des truffes de bonne qualité cette année encore.