lien up
lien accueil

Réseau des Nouvelles des Marchés

Bilans de campagne

lien accueil

En cours

requête en cours


RNM
home > Bilans de campagne derniers bilans Fruits > Légumes Fleurs Viandes Archives

Bilans de campagne légumes

Dernier bilan de campagneHistorique
les 4 pages ail

L'ail en 2018-2019

Auteur : RNM - Centre de Toulouse

2018, un millésime qui redonne espoir

Après une année 2017 particulièrement difficile pour la commercialisation, l’ail français retrouve les niveaux de valorisation équivalents à ceux de la remarquable année 2016. La récolte se déroule dans de très bonnes dispositions ; un air sec et des températures chaudes. C’est un véritable changement qui contraste avec les conditions météorologiques calamiteuses du printemps. Toutefois, les opérateurs de la filière restent prudents et ont une attention particulière lors de la phase de séchage. La commercialisation démarre la seconde semaine d’août. Les aulx sont dans l’ensemble de bonne qualité et offrent de plus gros calibres par rapport à la campagne précédente. L’ail violet de Cadours est bien coloré ce qui permet une commercialisation en appellation d’origine protégée (AOP) à hauteur de 60-70 % contre 30-40 % en 2017. Tout au long de la campagne, les transactions sont fluides et se font le plus souvent sur de petits volumes, mais les cours restent fermes.

les 4 pages artichaut

L'artichaut en 2017

Auteur : RNM - Centre de St Pol de Léon

Une campagne contrastée

Avec une production très importante dès le début de la campagne et un produit qui peine à s’imposer dans les comportements alimentaires nationaux, la saison de l’artichaut démarre difficilement. Il faut attendre le milieu de l’été et une offre restreinte en quantité pour redonner de l’attrait et valoriser le charnu breton. Une météorologie pluvieuse, associée à une absence de consommation, précipite la fin de campagne.

les 4 pages asperge

L'asperge en 2019

Auteur : RNM - Centre de Bordeaux

Une campagne précoce avec un manque de volumes années de hausse

Les conditions météorologiques favorables de ce début d’année stimulent la pousse de l’asperge et engendrent un lancement précoce de la campagne 2019 sur l’ensemble des bassins de production. La saison se caractérise par des variations climatiques qui empêchent un pic de volumes dans le Sud, provoquent un démarrage en douceur dans les régions du Nord et engendrent une baisse globale des rendements au niveau national. A l’approche des fêtes pascales, le produit est recherché. L’offre est inférieure à la demande et génère une pression des prix. Fin mai, le produit est difficile à vendre avec la concurrence des produits d’été en GMS sur les étals. La saison se termine également plus précocement.

les 4 pages asperge_detail

L'asperge au stade détail en 2017

Auteur : RNM - Centre de Bordeaux

Résultats de l'enquête spécifique effectuée en semaine 17 du 18 au 21 avril 2017

Chaque semaine, le Réseau des Nouvelles des Marchés réalise une enquête au stade détail dans un panel de 150 GMS et de 30 HD représentatifs de la grande distribution française. L’asperge figure parmi les produits enquêtés. En 2017, des informations spécifiques complémentaires sont relevées dans ce panel* en semaine 16, du 18 au 21 avril. Toutes les références(3) d’asperges sont déclinées selon le mode de culture, la variété, l’origine, le conditionnement : au total 463 relevés ont été effectués en magasins (441 en GMS et 22 en HD).

les 4 pages bio_fruits_legumes

Les fruits et légumes biologiques au stade détail en 2016

Auteur : RNM - Centres de Nantes et Bordeaux

En 2016, le Réseau des Nouvelles du Marché a réalisé une enquête sur les fruits et légumes biologiques au stade détail dans un panel de 142 GMS(1) (de plus de 1 000 m²) et 30 magasins hard-discount représentatifs de la grande distribution française. Ces relevés spécifiques ont eu lieu en semaine 24, du 13 au 17 juin. Au total 2 735 relevés ont été effectués en magasins (2 581 en GMS et 154 en discount). Les relevés ont été déclinés selon le produit, l’origine, l’emballage, permettant de distinguer 332 références(2) différentes.

les 4 pages carotte_conservation

La carotte de conservation en 2018-2019

Auteur : RNM - Centre d'Agen

Une production limitée bien valorisée

La campagne de carottes de saison et de conservation 2019 s’inscrit dans les extrêmes avec d’une part des niveaux de prix jamais atteints (environ 50 % supérieurs à ceux de la saison passée pour les prix au stade expédition) et d’autre part une production limitée (moins 20 % par rapport à la moyenne quinquennale*). En effet, si la mise en marché se déroule de manière quasi optimale, la récolte subit, quant à elle, les effets d’une longue sécheresse d’arrière-saison et voit ses rendements également pénalisés par des problèmes de salissement liés au retrait du linuron (herbicide de pré-ou postlevée). Par ailleurs, les surfaces emblavées connaissent une baisse tant sur le bassin de la Manche que dans le Sud-Ouest.

les 4 pages carotte_primeur

La carotte primeur en 2018

Auteur : RNM - Centre d'Agen

Des prix historiquement hauts, multipliés par deux par rapport à 2017

Les années se suivent et ne se ressemblent pas ! Après une saison 2017 catastrophique, la carotte primeur connaît une campagne 2018 exceptionnellement bonne tant en termes de prix que d’écoulement. Contrairement à l’an passé, les indicateurs sont au vert en début de campagne. En effet, les volumes en carottes de conservation au niveau national comme à l’échelle européenne sont au plus bas, voire nuls chez certains opérateurs : la production de la péninsule ibérique permet la jonction avec la carotte primeur française. Au-delà des stocks, les emblavements sont en léger retrait suite à des conditions météorologiques peu favorables aux mises en place. Par ailleurs, compte tenu des mauvais résultats de la dernière saison, certains opérateurs réduisent leurs surfaces. Le climat de ce printemps donne lieu à un retard d’environ une semaine et limite les calibres. La moyenne des cours 2018 double par rapport à 2017. Les volumes restent à niveau bas, légèrement inférieurs à la campagne dernière.

les 4 pages chou-fleur

Le chou-fleur en 2016-2017

Auteur : RNM - Centre de Saint-Pol-de-Léon

Une campagne contrastée

Malgré une première moitié de campagne avec une productivité faible, les quantités récoltées sur la saison 2016-2017 sont supérieures à celles de la précédente. Conséquence du déficit hydrique et des températures particulièrement fraîches sur la première partie de la campagne de production, les volumes de chou-fleur sont exceptionnellement restreints et maintiennent les ventes à un niveau de prix élevé. Il faut attendre le mois de février et l’arrivée de conditions climatiques plus normales pour engager l’effacement des retards de production, puis provoquer une offre excédentaire aux capacités de consommation, générant un effondrement des cours.

les 4 pages concombre

Le concombre en 2018

Auteur : RNM - Centre d'Angers

Une campagne positive bien épaulée par une météo estivale et une faible concurrence

Les surfaces nationales (556 ha) subissent une baisse de 5 % par rapport à 2017 ; les bassins du Sud- Est et Centre-Ouest sont les plus touchés. La production fléchit de 4 % pour atteindre 128 020 t (source Agreste : estimation au 1er novembre 2018). La météo maussade au printemps retarde l’entrée normale en production. Rapidement, le marché se ressaisit à l’approche du week-end pascal, avec l’appui de la météo et d’une hausse de la présence du concombre français sur les étals. L’été, très marqué par des périodes caniculaires, rend la demande pressante face à une offre limitée.

les 4 pages courgette

La courgette en 2018

Auteur : RNM - Centre d'Avignon

Des bassins en concurrence et une campagne tardive

Cette campagne est hétérogène avec des rendements conditionnés par une météo contrastée : printemps pluvieux, plein été caniculaire, automne très clément. L’origine espagnole, qui demeure toujours incontournable en début de campagne, laisse ensuite la place aux seules productions du Sud-Est. Au cours de l’été, toutes les régions françaises arrivent alors sur le marché et se livrent à une forte concurrence. Les cours sont en deçà de la moyenne quinquennale.

les 4 pages echalote

L'échalote traditionnelle en 2017-2018

Auteur : RNM - Centre de Saint-Pol-de-Léon

Un bon cru en qualité et en rendement, mais mal récompensé !

Les circonstances très favorables et les prix rémunérateurs de la précédente campagne ont incité les producteurs à augmenter leurs surfaces de production. En 2017-2018, les conditions climatiques permettent de très bons rendements et une qualité d’échalote d’un bon cru. Tout est réuni pour une saison réussie, mais l’augmentation des surfaces perturbe finalement l’équilibre entre l’offre et la demande.

les 4 pages endive

L'endive en 2017-2018

Auteur : RNM - Centre de Lille

Une campagne complexe

La saison est rythmée par une gestion tendue de l’offre alors que la demande se révèle plutôt atone. Malgré de vastes campagnes publicitaires, l’amont de la filière et la distribution peinent à séduire le consommateur. Dans le nord de la France, les cours connaissent de nombreuses fluctuations tout en restant supérieurs à ceux pratiqués dans d’autres bassins de production (Belgique, Pays- Bas, Bretagne). Au niveau du commerce extérieur, les échanges s’effectuent principalement au sein de l’Union européenne, mais avec, pour cette campagne, une baisse des sorties de 25 %, conjuguée à une hausse des entrées de 12 %.

les 4 pages melon

Le melon en 2018

Auteur : RNM - Centre d'Angers

Une saison pénalisée par la météo

À la suite d’un printemps marqué par une forte pluviométrie, la première partie de saison est compliquée et la qualité est aléatoire. L’arrivée de chaleurs caniculaires précipite les récoltes et l’accélération de la maturité. Le télescopage de la production des différents bassins et la forte présence du Sud- Est en juillet entraînent une dégradation du marché. La production nationale importante pèse sur la tendance des prix à l’expédition, avec la succession des promotions des différentes enseignes de la distribution. La fin de campagne est précoce.

les 4 pages oignon

L'oignon en 2018-2019

Auteur : RNM - Centre d'Angers

Une campagne historique en prix

La saison 2018-2019 est marquée par une hausse constante des cours ; du jamais vu jusqu’à présent. Les prix ont plus que doublé en moyenne par rapport à la campagne 2017-2018. L’offre est annoncée en baisse en Europe et dans le monde. Les quantités de gros calibres (plus de 80 mm) sont peu représentatives.

les 4 pages poireau

Le poireau en 2018-2019

Auteur : RNM - Centre de Brest

Une campagne mitigée mais assez favorable par la fermeté des cours

La campagne primeur est satisfaisante avec un bon écoulement du disponible proposé cet été. La production qui prend le relais se révèle également correcte même si la sécheresse de l’été entraîne quelques problèmes d’homogénéité en termes de calibre. Le commerce est plus laborieux en hiver avec les mouvements sociaux qui ralentissent la consommation des légumes d’automne. La saison se veut tout de même régulière sans connaître de réelle période de froid pour dynamiser le commerce. En outre, le marché est lourd dès la mi-janvier, puis les vacances scolaires au niveau national en février engendrent un tassement des prix. La fin de campagne se montre plus favorable pour les bassins encore concernés avec une demande moins réservée et des cours qui reviennent à de bons niveaux.

les 4 pages pomme-de-terre_conservation

La pomme de terre de conservation en 2018-2019

Auteur : RNM - Centre de Lille

Un marché très tendu face à des rendements déficitaires

Les conditions météorologiques de 2018 marquées par un manque de précipitations ont sévèrement impacté la production. Malgré l’augmentation des surfaces emblavées, l’offre destinée à l’industrie est déficitaire. Le marché étant largement contractualisé, les producteurs font état de leur inquiétude sur une éventuelle incapacité à honorer leurs contrats, d’autant que les prix de rachat de pommes de terre sur le marché libre s’envolent dès le début de la campagne 2018- 2019. La pomme de terre de consommation française destinée au marché du frais, majoritairement irriguée, paraît moins impactée que sur le reste du continent européen. Cette situation exerce une forte pression sur les prix, comparativement à la dernière campagne, d’autant que les usines recherchent toutes les variétés pour couvrir leurs besoins, y compris celles destinées au marché du frais.

les 4 pages salade_detail

Les salades au stade de détail en 2016

Auteur : RNM - Centres d'Avignon et de Bordeaux

Résultats de l'enquête détail réalisée en semaine 5

En 2016, le Réseau des Nouvelles du Marché a réalisé, pour la première fois, une enquête sur les salades au stade détail dans un panel de 146 GMS(1) (de plus de 1 000 m²) et 28 magasins hard-discount représentatifs de la grande distribution française. Ces relevés spécifiques ont eu lieu en semaine 5, du 1erau 5 février. Toutes les références(2) de salades ont été déclinées selon le mode de culture, la variété, l’origine, le conditionnement : au total 2 022 relevés ont été effectués en magasins (1854 en GMS et 168 en discount).

les 4 pages salade_hiver

Les salades d'hiver en 2018-2019

Auteur : RNM - Centres d'Avignon et de Nantes

Des cours élevés jusqu’à fin mars sur le marché français

La campagne de salade d’hiver 2018-2019 est inédite en termes d’offre et de prix. L’offre est déficitaire sur le marché français de novembre à fin février et excédentaire à partir de fin mars. Le marché à l’export est quant à lui porteur tout au long de la saison. Les cours moyens de la campagne sont dans leur ensemble nettement supérieurs aux moyennes quinquennales.

les 4 pages salade_laitue_ete

Les laitues d'été en 2018

Auteur : RNM - Centre de Angers-Tours

Une campagne caractérisée par une offre peu abondante

La campagne 2018 s’amorce avec un léger retard sur un marché peu concurrentiel. Sous l’influence d’une météorologie très versatile, caractérisée par une succession d’épisodes pluvieux et frais jusqu’à mi-mai, l’offre printanière peine à atteindre sa plénitude. Par la suite, le retour de conditions climatiques plus favorables inverse la tendance. La concurrence entre bassins s’intensifie. En juin, la pression de l’offre s’estompe avec l’arrivée d’une période estivale caniculaire accompagnée d’un déficit hydrique. Au début de l’automne, les derniers lots des productions de plein champ se vendent dans une ambiance commerciale plus tendue.

les 4 pages salade_mache

La mâche en 2017-2018

Auteur : RNM - Centre de Nantes

Une campagne laborieuse

Les disponibilités en début de saison couvrent trop facilement la demande. Un rééquilibrage s’opère en décembre et la période des fêtes de fin d’année se déroule dans une ambiance plus sereine. Les volumes produits et mis en marché sont irréguliers dans la deuxième partie de la campagne d’hiver. Après un début d’année largement pourvu, les apports déclinent vers la mi-février et sont en phase avec le marché jusqu’au basculement sur la saison d’été. Au-delà des aléas inhérents au déroulement de toute campagne, la forte contractualisation du marché apporte un socle de stabilité.

les 4 pages tomate

La tomate en 2018

Auteur : RNM - Centre d'Avignon

Une pression de l’offre constante

Avec 66 jours de crise conjoncturelle répartis sur toute sa durée, la campagne 2018 est exceptionnellement difficile pour la production française de tomates. Cette situation a pour origine à la fois un manque de consommation au printemps, une offre excédentaire en été, et une forte concurrence internationale à l’automne.

les 4 pages truffe

La truffe tuber melanosporum en 2018-2019

Auteur : RNM - Centre d'Avignon

Une offre de belle qualité particulièrement dans le Sud-Est

Cette campagne 2018- 2019 est nettement plus favorable pour le Sud-Est que la précédente, avec des apports relativement conséquents et un produit de très bonne qualité dès la mi-décembre. Les productions des départements du Sud- Ouest (Aude, Lot, Tarn...), par contre, diminuent par rapport à la campagne 2017-2018. La saison 2018-2019 peut être considérée comme moyenne en termes de quantité et de prix, et bonne en termes de qualité des truffes.